Les légendaires

publié le 26 avr. 2015 à 03:44 par Fabrice Gouin

Du 5 au 9 janvier 2015, la classe CE2/CM1 de l’École Élémentaire Port Boyer et le groupe-classe 2 de l'Institut d’Éducation Motrice de la Marrière, soient 36 jeunes, ont vécu leur première semaine de stage au Centre Chorégraphique National de Nantes avec les 7 danseurs de la compagnie Brumachon-Lamarche. Ils préparent une création en danse contemporaine sur le thème du Magicien d'Oz dont l'adaptation a été faite par le chorégraphe Claude Brumachon lui-même.

Déjà plusieurs « tableaux » ont été inventés et répétés : des sorcières ou des fées, des Microsiens (sortes de petits lutins malicieux), des Dorothée (héroïne de l'histoire), des lions peureux, des épouvantails, des robots bûcherons et des singes volants.

Tout commence toujours par un échauffement collectif puis chacun part dans son groupe avec un danseur professionnel de la compagnie.  De 10h00 à 15h00  avec une pause pique-nique, le rythme est très soutenu. Beaucoup de concentration et d'attention, (plus le groupe est nombreux plus c'est compliqué), il faut profiter de l'occasion unique d'être dans un lieu pareil. Le studio de danse est une magnifique chapelle désaffectée. L'accueil de chacun  est chaleureux.

Un documentaire va être tourné sur cette aventure, c'est Bruno Ometak qui en est le réalisateur. Il a déjà filmé quelques répétitions.

Rendez-vous les vendredi 26 et samedi 27 juin au CCN de Nantes, rue Noire pour découvrir ce spectacle unique, les Légendaires.

Héléna, Mohamed, Léandre, Mao & Killian (IEM la Marrière)


Journal de bord Les légendaires

Semaine janvier 2015

Le premier jour (lundi 5 janvier) j'ai commencé dans le tableau des Microsiens et dès le mardi, j'ai été lion peureux. J'adore ce rôle ! On est Alexis et moi de la Marrière, Aristée, Erwan, Dyonis de Port Boyer. C'est Martin qui nous guide. C'est le lion adulte!

Ils ont inventé leur tableau et moi j'ai dû apprendre très vite quoi faire grâce à Martin.

Assez vite, on a été seuls avec Martin, sans les autres adultes autour. Le projet de danser avec  une classe de Port Boyer c’est super, car on apprend plein de choses avec eux en dansant.

Cette semaine fut assez fatigante, car nous avons  beaucoup dansé et le seul moment de repos est le temps de relaxation du midi. 

En parlant du midi, nous avons souvent mangé des sandwichs (sauf le lundi), le petit problème est que ce sont toujours les mêmes (crudités et fromage). 

Mais le moment le plus dur fut la séparation, le vendredi, avec les danseurs mais heureusement nous les revoyons le 03 février, oufffff. 

Abel


Je danse dans le tableau des Microsiens avec Mohamed, Paul Killian  et Héléna. C'est Julien et Vincent qui nous  aident : je les adore car j'aime danser avec eux. 

Quand ils montrent des propositions, c'est toujours réussi !                                                                                                                                         

Les enfants de Port Boyer sont très sympas on danse bien ensemble Marlon, Laura, Mevin, Miguel, Hélenna, Djiany. On fait un bon groupe pour le tableau.

On danse aussi les habitants d'Oz de la Cité d'Emeraude. Je fais le miroir avec Helenna. Elle est super avec moi.

Darell



J'ai tout aimé pendant cette semaine.

Je suis une Microsienne et une habitante d'Oz.

J'ai dansé avec Julien et Vincent comme adultes, et Mohamed, Killian, Paul et Darell en jeunes de la Marrière.

Au début, je trouvais difficile de ne pas marcher en Microsien comme les autres mais à force de répéter, je me suis habituée et  j'arrivais de mieux en mieux à suivre le mouvement. Ca va vite mais on s'accroche !

Héléna 


Je danse le rôle du bûcheron. J'ai aimé être le personnage de « robot » je suis concentré ça me plaît. Edaly, Denilson et Djoan sont les autres robots avec Benjamin.  Ils sont vraiment gentils, on s'entend bien ensemble. Benjamin est sévère et juste. Il nous demande d'être concentrés, c'est  fort.

Jordan


Cette semaine j'étais un Microsien et un habitant de la Cité d'Emeraude. J’ai beaucoup aimé danser cette semaine, j’ai dansé avec Julien. C’est beaucoup de travail de répéter tous les jours. Par moments c'est fatiguant on est nombreux et c'est dur de se concentrer tout le temps. 

Julien m'a demandé si je voulais marcher avec mes cannes ou même voler, j'ai dit oui forcément. Ça va être réussi, j'espère. Je ne sais pas encore quel costume on va avoir.

Dans la salle en juin, quand on fera le spectacle, il y aura mon père, ma mère et mon frère Hugo.

Killian


Dans la chorégraphie, je suis un des épouvantails avec Steven bien sûr et aussi Axel, Yvan et Lorenzo.

On regarde le chemin en jetant un oeil dans plusieurs directions pour que Dorothée nous voit et qu'on lui indique la route. 

On est tout collés les uns aux autres, on marche groupés, on se met en position d'épouvantail tête en bas, on tremble quand Dorothée nous détache de notre pieu, on tombe par terre et on essaie de se relever, sans réussir. 

Au bout du compte, on arrive à se mettre debout et à marcher. Nous sommes en paille c'est une sensation incroyable.

Vous aurez la suite au prochain épisode ou en venant voir le spectacle en juin !

Léandre


Dans le spectacle, je suis une des sorcières et une des fées. J'ai trouvé ça bien que Claude me choisisse ces rôles. 

J'ai bien aimé quand on a essayé les robes de sorcières. Elles sont noires, elles font un peu peur, elles ont des petits boutons comme pour des robes de grand-mère.

On devait imiter les doigts crochus des sorcières. Ça danse avec les mains aussi, les sorcières.

Au filage de vendredi, Claude m'a reproché de toujours sourire et il m'a demandé d'être dans mon personnage de sorcière et donc de ne plus sourire et faire la tête pour faire encore plus peur. Je crois que je ne m'en rendais pas compte. J'avais surtout le trac et ça me faisait plaisir de voir des têtes connues dans le public.

 Mao


J'ai bien aimé danser, je suis un Microsien et un habitant d'Oz.

C'est Julien et Vincent de la compagnie de danse qui nous ont aidés à créer notre chorégraphie. On a tout inventé et eux, ils ont organisé les mouvements. C'est difficile car on est nombreux.

Mohamed


J'ai aimé répéter des dizaines de fois les mouvements car au fur et à mesure, on a fait des progrès. 

Quand on a montré notre «brouillon» le mardi, Claude nous a arrêtés en plein milieu en disant : « Stop, on arrête tout, retournez travailler, ça ne va pas du tout! » Certains ont dit que c'était très difficile d'entendre ça  mais si on veut que le public soit emporté, il faut être encore meilleur.

Je  suis fier de moi j'aimerais passer à la télévision pour qu'on parle de nous !

 Mohamed


Moi j'ai aimé cette semaine-là, c'était vraiment très bien.

Les échauffements avec Claude sont fatiguants mais très intéressants: on est disposé en cercle dans la salle de la Chapelle et on se passe des formes imaginaires (des petites balles de feu, des grosses boules légères,...) et c'est magique.

Je suis dans le groupe des lions peureux au début j'étais seul de la marrière et Abel m'a rejoint le mardi, ça m'a plu qu'il soit là. C'est Martin qui nous aide, il ne parle pas beaucoup, il est très gentil. A un moment, il porte 3 enfants sur lui, il n'a pas l'air de trouver ça si lourd que ça. Quand ceux de Port Boyer partent boire quand ils ont soif, on ne peut plus travailler. Il y a un élève de Pierre qui a un caractère de boudeur, il nous empêche de travailler.  Aristée à un moment va rejoindre Dorothée l'épouvantail et le robot, c'est lui qui est notre délégué.

Ensuite j'ai fait partie des singes volants, il y a des enfants qui montent sur mon fauteuil, Denilson et Lorenzo. Je danse sur la scène et je laisse mon fauteuil électrique toujours allumé pour pouvoir gérer mes déplacements tout seul.

J'attends avec impatience le prochain rendez-vous !

Alexis


Ils en parlent

Dans le Nantes Passion n°249 du mois de janvier 2015 :

Brumachon dans Nantes Passion

Comments